Fête des Fraises

 Histoire & Traditions

Une Fête qui ne date pas d'hier

Dans la première partie du 20ème siècle au début des vacances scolaires se tenait déjà à Plougastel une grande fête appelée communément kermesse paroissiale.

 

Une Reine des fraises était élue, les enfants des différentes écoles défilaient et de nombreux jeux étaient organisés. Mais la seconde guerre mondiale et ses tristes conséquences mirent fin aux réjouissances de la commune.

 

Dans la période de reconstruction de la ville, afin de soutenir les familles dans les douloureux efforts, l’abbé Kerhoas et quelques amis impliqués dans la vie scolaire et sportive vont organiser en 1946 la première kermesse d’après-guerre pour réunir des fonds.

 

Autant les grandes sociétés agricoles et les producteurs de fraises que les familles pour la confection de crêpes et de gâteaux seront sollicités. Les fonds recueillis ont permis d’offrir la cantine à certains élèves et les colonies de vacances d’été.

 

C’est ainsi que dans les années 50, la kermesse prend l’allure d’une grande fête bretonne. Un virage est amorcé !

 

Dans les années 1980, cette fête sera organisée par l’association “Les Amis de la Fête des Fraises” dont les membres sont souvent d’anciens élèves devenus parents d’élèves.

fête des fraises plougastel défilé d'enfants déguisés
représensation de bagad pendant la fête des fraises plougastel

Un investissement humain précieux

La Fête n’aurait bien sûr pas lieu sans le dynamisme des bénévoles qui préparent cette fête durant toute l’année (parents d’élèves, anciens élèves, enseignants).

Leurs rôles sont variés : certains confectionnent des poupées Plougastel très demandées, d’autres des confitures pendant que certains recherchent des lots tout au long de l’année.

 

La veille de l'événement, les hommes montent les nombreux stands, les femmes préparent les crêpes et d’autres habillent les chars.

Et bien sûr, les “spécialistes” et “habitués”, amis, voisins, finissent d’élaborer les chars, ces joyaux tant attendus du public, qui paradent entre les danseurs, les musiciens et les enfants le Jour J.

 

Le bénévolat est donc très important, car sans ce soutien logistique la fête ne pourrait pas se dérouler. Quand on sait que l’événement accueil entre 10 000 et 15 000 personnes chaque année, la moindre aide est précieuse.

 

Aujourd’hui, les fonds sont reversés aux écoles organisatrices pour améliorer le quotidien des élèves des écoles “Saint-Jean” (maternelle), “Saint-Pierre” (primaire) et “Sainte-Anne” (collège).
Acheter du mobilier, des outils éducatifs ou proposer des sorties scolaires pour les élèves sont des projets envisagés.